Devis gratuit

Cette nouvelle tendance contraste fortement avec le vol de données des années passées, celle-ci étant majoritairement réalisée par des cybercriminels, les motivations premières étaient financières, selon le dernier rapport à ce sujet de la société Verizon.

855 cas de vols de données, impliquant 174 millions d’enregistrements dérobés, sont les deuxièmes plus importants depuis que Verizon à commencé à collecter ce type d’informations en 2004. A comparer avec les 4 millions d’enregistrements volés en 2010.

Les Hacktivists comptent pour 58% des vols de données, ceci est une quantité énorme confirme Jay Jacobs, l’un des leaders de l’équipe « Intelligence Team » de Verizon.

Les agents externes restent largement responsables dans le cas de violations de données, avec 98% de cas attribués à des étrangers. Ces groupes comprennent des organisations criminelles, des groupes d’activistes, anciens employés ou gouvernements étrangers.

Le délit d’initié ne recule pas, mais nous avons constaté une très forte augmentation d’agents extérieurs explique Jacobs, ajoutant que les motivations financières sont les plus fréquentes contre les petites et moyennes entreprises parce qu’elles sont des cibles plus fragiles. Cette tendance augmente avec des cybercriminels attaquant de plus en plus des « petites cibles ».

La société Verizon a rajouté trois nouveaux partenaires et sources d’informations : la Police Fédérale Australienne, les Services de la sécurité informatique Irlandais et l’unité des fraudes informatiques de la Police de Londres. Verizon travaillé déjà avec l’US Secret Service et le Dutch National High Tech Crime Unit.

En termes de types d’attaques, les malware et autres méthodes d’hacking continuent de croître. Le hacking représente 81% des violations de données avec plus de 99% d’enregistrements perdus en 2011. Les malware jouent également un rôle important dans la violation de données avec plus de 69% dont 95% d’enregistrements volés ou détruits.

Le Hacking et malwares restent les méthodes favorites des cybercriminels, permettant des attaques multiples et simultanées et ceci à distance. Le rapport confirme également que de nombreux outils logiciels sont développés par les attaquants afin de rendre leurs tâches plus aisées.

De plus, les délais pour découvrir ces attaques au sein des organisations ciblées, continuent de s’allonger avec parfois des mois ou années. A partir de la découverte d’une compromission, 54% des cas nécessitent plusieurs mois, 2% des années. Ces délais sont très longs confirment Jacobs.

Dans 92% des cas, la découverte est réalisée par une société externe, généralement les forces de Police ou unités spécialisées, qui avertissent alors la société impliquée, selon le rapport.

79% des attaques sont de types opportunistes. Dans 96% des cas, elles étaient faciles et 97% pouvaient être évitées sans faire appel à des contre-mesures informatiques coûteuses.

Le rapport confirme également la nature internationale de ces organisations cybercriminelles. Les attaques proviennent de 36 pays, une augmentation par rapport à l’année dernière qui ne comptait que 22 pays. Environ 70% des tentatives de vols sont originaires de l’Europe de l’Est et moins de 25% proviennent des USA.


SAUVEGARDE

8 rue des Pyrénées 2ème étage Parc Icade Zone Silic 94150 RUNGIS

Tél. 01 75 43 20 20

  

Devis 100% Gratuit

Tél 01 75 43 20 20     Disque dur en panne ?

Les Hacktivists dépassent les cybercriminels concernant le vol de données pour 2011